SANTÉ – BURUNDI : PLUS DE 90 CAS DE CHOLÉRA DÉCLARÉS À L’OUEST DU PAYS

0
69

Une situation jugée alarmante selon les autorités sanitaires du pays suite à l’augmentation incessante des cas de choléra. Les autorités locales annoncent des descentes sur le terrain afin d’inciter les habitants à scrupuleusement observer les règles d’hygiène.

Les 91 cas de choléra déclarés en moins de trois mois sont localisés sur seulement 10 collines à savoir Rukana I et II, Mparabo I et II, Rusiga, Rugeregere, Munyika I et II, Kagazi et Rusororo alors que la commune en compte 17.

Les malades sont dans un état très critique et sont pris en charge au niveau du site au centre de santé de Rugombo, à en croire le journal en ligne Iwacu. Là-bas, il y passe au moins une semaine et rentrent guéris. « Les médicaments sont en quantité suffisante et aucun mort n’est enregistré malgré la multiplication des cas », insiste une infirmière affectée aux services des urgences.

Le média burundais souligne par ailleurs que la recrudescence des cas de choléra est due à la pénurie d’eau potable observée dans ce milieu. « Il n’y a pas d’eau depuis un bon bout de temps dans les robinets publics et dans les ménages et les habitants font recours à l’eau sale des rivières Nyamagana, Nyakagunda, Muhira et Rusizi. L’eau puisée et utilisée dans les ménages comporte des vecteurs de transmission des maladies sales en l’occurrence le choléra », insiste un administratif sous couvert d’anonymat. D’après lui, il s’agit également de l’eau qui sert d’irrigation pour les champs de culture.

Les ONG présentes dans cette région tel que Médecins Sans Frontière fournissent des médicaments pour les soins nécessaires avec des campagnes de sensibilisation en collaboration avec les leaders communautaires pour inciter la population à respecter les règles d’hygiène et acheminer dans les urgences les malades auprès des établissements hospitaliers les plus proches. « Les habitants sont appelés à désinfecter leurs habitations et assurer l’hygiène des habitats, des objets ménagers et des vivres », précise un des leaders communautaires rencontrés au chef-lieu de la commune Rugombo.

La Croix-Rouge et la protection civile approvisionnent en permanence l’eau propre aux habitants grâce aux camions citernes. Malgré tous ces efforts, les habitants demandent aux instances étatiques de multiplier les robinets publics et d’augmenter le débit. Suite à l’agrandissement du centre urbain de Rugombo, il est important aussi d’aménager d’autres sources d’eau pour faire face aux besoins de la population devenue nombreuse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici